PREHISTOIRE DU SOUF


    Le Souf connut un peuplement ancien, notamment durant la période préhistorique du Capsien dont l’éponyme est Gafsa (Tunisie) et  de l’Atérien dont l’éponyme est  Bir El-Ater, (Sud-Est  algérien), comme l’attestent l’abondance des outils en silex et autres objets qu’on trouve dans la région. L’industrie lithique (paléolithique et néolithique récent), notamment en silex éclaté,  est souvent le seul témoignage de la culture matérielle préhistorique qui nous soit parvenu. Le faciès d’El-Oued se caractérise par des outils de dimension réduite, la prédominance de lamelles et de pointes de flèches, l’abondance de fragments de coquille d’œufs d’autruche     souvent transformés en grains d’enfilage ou en pendeloques. On trouve surtout les pointes de flèches bifaces en silex (d’un à trois cm de long) pédonculées ou foliacées, présentes spécialement dans les Sahanes (dépressions plates et argilo-caillouteuses encadrées par des dunes).  Dans cette  région couverte de dunes, il n’est pas besoin d’être un archéologue pour découvrir un trésor à ciel ouvert. Car les objets recherchés sont facilement repérables à la surface et il suffit d’une petite balade dans un Sahane pour simplement les ramasser. Donc, pas de fouille ni méthodes de recherche de vestiges enfouis, et aucune attention particulière n’est portée à la localisation exacte des objets découverts. Les stations préhistoriques  se présentent sous forme de tumulus noirâtres (feux de camp), contiennent de nombreux silex, des amas de cendres, des pierres brûlées, des tessons de poterie…    

 
Pointes_de_fl_ches
Pointes de flèches bifaces en silex finement taillées trouvées entre les dunes dans les
environs d’El-Oued dans les années  1966 à 1968.(Trifaoui, Behima, Hassi Khalifa…)

 

Les trouvailles sont très variables d’un endroit à l’autre. La plupart des outils semblent avoir été utilisés pour le travail du bois, du cuir, de l’os, ou servi comme armes de chasses. Parmi les outils sur éclats, on distingue surtout des couteaux, souvent désignés dans la terminologie préhistorique sous le nom de racloirs, des lames qui ont servi à dépecer  la viande des animaux tués, à découper le cuir, des perçoirs, des burins. Les armes de pierres taillées sont constituées essentiellement par des bifaces régulièrement ciselés sur les deux faces: pointes de flèches, pointes de lance et feuilles de laurier. Il y a seulement quelques millénaires, le Souf était, avant la désertification, une région à végétation dense au climat tropical, couverte de marécage et à la faune très riche. En maints endroits où le sol a permis la conservation des vestiges, les découvertes viennent corroborer cette conviction. Les découvertes fortuites sont certes les plus nombreuses, mais dans ce cas, et c’est presque toujours le cas, celui qui découvre un objet insolite n’a aucune idée de ce que représente ce qu’il vient de trouver et ne songe même pas à informer quelqu’un plus compétent que lui. En effet, je me  souviens très bien aux débuts des années cinquante, j’avais à peine six ans à l’époque (1953),  au  moment où les ouvriers avaient découvert un œuf d’autruche en parfait état de conservation alors qu’ils creusaient dans notre palmeraie située à Hassi- Khalifa (30 km au nord-est d’El-Oued). Passé l’instant de surprise, et ne sachant quoi faire avec, ils  brisèrent l’œuf pétrifié par curiosité pour en savoir plus puis le jetèrent. Dans cette même localité, un squelette entier de mammouth a été exhumé en 1957, et qui se trouverait actuellement au Musée de Bardo à Alger. Là encore, je me rappelle de ce que pensaient les gens à l’époque (j’avais dix ans) concernant cette trouvaille spectaculaire. Les gens parlaient de la découverte du squelette de « Ras El-Ghoul », personnage légendaire et monstrueux dans la tradition populaire, qui aurait été tué par le Calife Ali (gendre du prophète Mohamed).    

collection1

Outils en silex éclaté et matière organique pétrifiée. En haut, de gauche à droite : deux lames, couteau, feuilles de lauriers bifaces, perçoir, lame et racloir.

Au centre, de gauche à droite : burin, couteau, fragment d’une pointe de lance, aiguille, perçoirs et lames.

En bas, de gauche à droite : deux fragments de coquille d’œuf d’autruche, deux coquilles pétrifiées de mollusques, noix pétrifiée, os pétrifié, morceau de coquille d'oeuf d'autruche taillé sur les bords pour servir de lame.   

 


   Un œuf d’autruche également intact a été trouvé dans une palmeraie à Hobba (40 km au nord d’El-Oued), et se trouve actuellement exposé au Muée d’El-Oued.

pierres_et_pi_ces__18_pierres_et_pi_ces__14_










pierres_et_pi_ces__12_


pierres_et_pi_ces__4_






Remarques:

   Les terminologies relatives aux périodes préhistoriques telles que définies par les paléontologues (paléolithique, moustérien, acheuléen, néolithique...) pourraient n’être que trop approximatives, et ne pas avoir de signification universelle, car l’évolution humaine n’est pas linéaire. Toute l’humanité ne s’est pas trouvée à la même époque au même stade technique. Encore à notre époque, l’âge de certaines peuplades de l’Amazonie, de la Nouvelle Guinée, du désert du Kalahari ou d'Afrique équatoriale, correspond, à certains égards, à celui des premiers sauts de l’humanité. Non seulement il y a eu des contemporanéités, mais, de plus, tous les groupes humains ne sont pas passés par les mêmes phases d’évolution. Ce qui est valable pour une contrée ne l’est pas nécessairement pour d’autres.